Dans mon élan de "Ré-évolution", j'ai omis d'intégrer certains points de vue.

Les salariĂ©s, les commerçants, les artisans, les professions libĂ©rales, les collectivitĂ©s, les fonctionnaires, les forces de l’ordre, les Ă©lus, les politiques, les États, les... Êtres Humains ont peur de se faire attaquer en justice, qu'on s'en prenne Ă  leur image, honneur, famille, travail, confort, santĂ© aussi minime soit-il.

Nous avons créé un code civil et un code pénal pour se protéger les uns des autres (se défendre, attaquer, contre-attaquer...).

Je me rappelle dans la banque, on faisait signer des contrats sur contrats, des ordres et des ordres confirmĂ©s en double, en triple et en quadruple...(contrĂŽlĂ©s par 6 paires d'yeux si la hiĂ©rarchie t'avait dans le viseur😉) pour s'assurer que le clients aient bien lu et approuvĂ© les conditions gĂ©nĂ©rales et particuliĂšres de vente.

J'ai discuté avec un sage-homme, un homme "médecine", un chaman.

Il me dit au fil de notre conversation, qu'il a reçu la vision de mes lÚvres sur son sexe.

À cet instant, deux Ă©nergies se rencontrent en duel en moi.

L'une en premier lieu, se défend du caractÚre obscÚne de la situation avec la visualisation d'un tel acte, en plus avec un inconnu... Non mais quel...

L'autre se sent "honorée", prise d'une énergie de feu sacré traversant mon corps, remerciant l'authenticité de cet homme.

La premiÚre revenant à l'assaut me rappelant à mon bon souvenir de réputation d'adolescente trop exaltée.

Et la seconde faisant

L'art de vivre est la matérialisation de l'amour sur Terre.

Son expression est multidimensionnelle đŸ’«

Toutes les perceptions individuelles se réunissent et s'harmonisent en son mouvement.

Chaque Ăąme incarne l'Ă©cho de sa vibration artistique tĂŽt ou tard.

Celle qui se re-connecte Ă  ce lie-1 universel dĂ©tient la clĂ© de sa libertĂ© d'Etre Vivant đŸ’«

Vibre mon Âmi(e) 🙏💝✹

Chante, danse, peins, joue, Ă©cris les pages de ta vie au

Il existe un pas-sage "élément-Terre" en Soi :

De la dualité à l'unité
Du conflit Ă  l'harmonie
De l'inconfort à l'accueil du moment présent
De la réaction à l'action juste
De l'attente à la résilience
De la lutte Ă  la rĂ©conciliation de la tĂȘte et du cƓur
De la croyance Ă  la foi
Du contrĂŽle Ă  l'art de vivre
De la quĂȘte extĂ©rieure Ă  la complĂ©tude intĂ©rieure
De la distorsion Ă  la maĂźtrise de l'Etre Vivant
De la peur Ă  l'amour

Bienvenue au-delĂ  du JE en Soi

J’apprends aujourd’hui l’infarctus du mari d’une amie. 38 ans, 2 enfants.

Il travaille dans les forces de l’ordre, un mĂ©tier qui demande rigueur, force, tĂ©nacitĂ©, courage, et surtout pas de vulnĂ©rabilitĂ© ou de compassion, qui pourrait ĂȘtre assimilĂ©e Ă  une marque de faiblesse.

Il avait pourtant eu des avertissements avec une dĂ©pression, un burn out, l'expĂ©rience de ses ancĂȘtres


Il se cachait derriĂšre sa fumĂ©e de cigarette pour ne pas voir sa vulnĂ©rabilitĂ© et se remplissait de nourriture grasse pour Ă©touffer ses maux de cƓur.

Parce qu’il faut tenir le coup, il y a des crĂ©dits Ă  payer, des enfants Ă  nourrir et des ptits plaisirs Ă  acheter. Au pire, y a l'assurance vie ou la garantie obsĂšques hein ?

VoilĂ  le monde dans lequel on vit.

C’est un homme dotĂ© d’une puissante sensibilitĂ© avec de multiples talents Ă©teints pour enrichir un systĂšme de croyance de peur de manquer. Comme beaucoup d’hommes et de femmes aujourd’hui qui sous des "faux-airs  d’obligations normĂ©es s’insufflent une vie masquĂ©e.

Le COVID aujourd’hui est juste PrĂ©sent (cadeau) pour remplacer nos maladies (mal-Ă -dit) cardiaques, respiratoires, digestives, les cancers, les AVC
 parce que ce monde, ce mode de fonctionnement, de vie, de croyances
 que nous avons crĂ©Ă© est asphyxiĂ© pour notre plus grand bien.

Maman,

Je nous rends notre liberté.

Je suis née faisant éclater ton cerclage, le cordon autour du cou, aprÚs un certain nombre de fausses couches, et une enfant morte-née qui portait mon prénom.

Je suis nĂ©e au-delĂ  de la puissance de tes peurs, de la force de tes doutes et de la violence de ton manque d’amour pour toi.

Je suis nĂ©e avec le poids de nos lignĂ©es de femmes blessĂ©es. Comme toi Maman, qui n’a jamais su pourquoi tu t’infligeais autant de souffrance.

Je suis nĂ©e avec la culpabilitĂ©, celle que nous n’avons jamais su nommer.
Elle a portĂ© les prĂ©noms de toutes les femmes, des mĂšres de nos mĂšres en silence, sous ses « faux-airs » de dĂ©pendances ou d’addictions, de colĂšre, de violence ou de dĂ©pression.

PlutĂŽt JE(UX) de Mots ou JE(UX) de Nombres ?

J'ai compris avec l'expérience de mon JE(U) que je pouvais changer le monde de l'intérieur.

J'ai pris conscience que mes mots-maux dits ou pensĂ©s, avaient un impact direct sur mon environnement et me revenaient sous diffĂ©rentes "formes" pour ĂȘtre intĂ©grĂ©s.

Je pensais "peur de manquer", je créais une situation de manque. Je pensais "peur du jugement des autres", je créais une expérience de triangle dramatique "victime-bourreau-sauveur"... et tant d'autres JE(UX) de la vie presqu'ordinaire que je relate dans mes livres en-Terre de JE.

J'ai donc rĂ©alisĂ© que chaque mot, Ă©met une vibration encodĂ©e, consciemment ou non, au cƓur de mon Être.

"Tout est Nombre" exprimait Pythagore.

Tout élément vivant se traduit par des Nombres.

A ce jour, avant de maĂźtriser l'art de la parole ou la traduction des sĂ©quences numĂ©riques, l'Être Humain choisit de faire "l'Ă©preuve" des "maux" dĂšs la naissance.

Je veux pas voir, pas sentir, pas souffrir


T’as gagnĂ© !

Comme tous, je suis nĂ©e sur Terre pour remettre les compteurs Ă  zĂ©ro, sortir de ce trou noir et faciliter la crĂ©ation d’une nouvelle rĂ©alitĂ©.

Seulement pour y arriver c’est un peu le parcours du combattant.

Au dĂ©but je suis arrivĂ©e confiante, en mode warrior. Sauf que d’entrĂ©e, mon corps physique est dĂ©jĂ  marquĂ©e par les Ă©nergies (ADN) parentales qui sont elles-mĂȘmes nourries par celles de leurs ancĂȘtres


Bref, j’ai mis une bonne partie de ma vie Ă  me familiariser avec ces Ă©nergies « extĂ©rieures » que j’ai cru ĂȘtre moi ; parce qu’à aucun moment quelqu’un m’a dit qui je suis, au-delĂ  du mĂ©tro-boulot-dodo ; d’oĂč je viens, au-delĂ  du ventre de la mĂšre qui m’a donnĂ© naissance ; qu’elle est ma mission ici-bas, et quelles sont mes potentialitĂ©s, au-delĂ  du travail et de la transmission Ă  mes enfants.

De toute façon mĂȘme si on me l’avait dit, tant que je ne l’avais pas rĂ©alisĂ© par "moi-m'aime", j’aurais rejetĂ© cette idĂ©e.

Et pour en avoir conscience, j’ai dĂ» en faire "l'Ă©preuve".

Le nombre de fois oĂč j'ai voulu divorcer, abandonner mes enfants et tout plaquer pour partir vivre seule dans un refuge en montagne đŸ˜…đŸ€ŁđŸ˜‚

Bon j'ai dĂ©jĂ  quittĂ© le job, dĂ©mĂ©nagĂ©, changĂ© de village, d'amis, pris de la distance 😅...

Encore aujourd'hui, je me sens appelĂ©e Ă  vivre et expĂ©rimenter tellement de choses ailleurs, toujours plus ailleurs qu'ici et maintenant ✹

Il m'aura fallu me marier et avoir des enfants pour rĂ©aliser que nous sommes des Êtres complets sans aucune autre forme de procĂšs.

C'est comme une couleur de cheveux, quand tu as les cheveux naturels, tu rĂȘves de te faire des mĂšches et il te faut passer par toutes les couleurs pour intĂ©grer que t'as besoin de rien. đŸ˜…đŸ˜‚đŸ€Ł

Sauf que notre génération, pour beaucoup d'entre nous, se guérit et recouvre la mémoire "grùce" à l'arrivée des enfants qui nous ramÚnent à l'essence-ciel par-Don.

Faire demi-tour, faire marche arriĂšre, revoir sa position, changer d'avis, se dĂ©sister, se dĂ©sengager... c'est aussi, s'affirmer, se respecter, s'Ă©couter, s'aimer, et ainsi porter ce mĂȘme regard, cette mĂȘme attention sur l'autre.

Ainsi, en levant le masque de l'illusion des bonnes maniĂšres parce que "ça ne se fait pas", "c'est trop tard", sous les prĂ©textes de faire plaisir, de rendre service, d'aider... on accueille le JE(U) de la vie avec amour đŸ’«

Se tromper, faire une erreur d'apprĂ©ciation, aller trop vite, trop loin, trop...finalement que ce soit toi, que ce soit l'autre, avoir peur, c'est ĂȘtre juste humain ✹

Merci pour ta compréhension

SignĂ©e : ton Âme 🌟

J'ai longtemps dit oui, alors que mon cƓur disait non, achetĂ© les produits

De son vivant, mon pĂšre a rarement Ă©tĂ© pris au sĂ©rieux. Il faisait trĂšs souvent le pitre avec des blagues de Bigard ou de Coluche, des hommes trĂšs sĂ©rieux comme lui 🙃😁

Eh bien oui, la vie c'est trÚs trÚs sérieux d'aprÚs nos esprit d'adultes obtus, cadrés et conditionnés.

On a besoin de protocoles, de codes de conduites, de profils types, de diplÎmes pour comparer, rassurer, encadrer,... puis d'expérience pour confirmer notre position.

MĂȘme si ses carnets de notes sont dignes du rigolo de la classe, mon pĂšre Ă©tait pourtant trĂšs intelligent, cultivĂ© avec un niveau de connaissances et une culture gĂ©nĂ©rale qui ferait rougir bon nombre d'entre nous.

Quant Ă  sa mĂ©moire 😅 un arbre gĂ©nĂ©alogique Ă  lui tout seul quand on regardait ses albums photos.

Mais mon pÚre était de ceux qu'on ne prenait pas au sérieux.